CORPODERM





Entretien avec Christian MAS, Président de la marque Sothys


Christian MAS, Président de la marque Sothys

Christian MAS,

Président de la marque Sothys

« Un protocole Sothys ne sera jamais une simple addition de produits, mais la résultante de leur synergie »

 

Synonyme d’excellence et de prestige, Sothys mène sa quête de la beauté globale depuis 70 ans. A travers une recherche permanente de nouveaux actifs, la marque délivre des produits de qualité conçu pour être révélés entre les mains de l’esthéticienne. Après le lancement de la crème d’exception 128, des évolutions sont à prévoir sur les gammes de produits cette année.

 

Entretien avec Christian MAS, Président de la marque Sothys.

 

Sothys a fêté ces 70 ans en 2016, pouvez-vous revenir sur l’origine de la marque et son univers ?

Christian Mas : Sothys a été créée en 1946 par monsieur Hotz Biologiste venu de l’est s’installant à Paris. Passionné d’égyptologie, il a créé sa marque en s’inspirant de Sothys, la plus belle des étoiles du ciel Egyptien déchue par Vénus, jalouse, revenant distiller ses secrets de faubourgs parisiens. Il figurait parmi les précurseurs de la nouvelle vague de la beauté Française.

L’institut a été racheté par la famille Mas en 1966, deux frères Bernard et Jean Pierre ont ainsi distribué ces formules en France et à l’international, la saga commençait…

 

C’est pour célébrer cet anniversaire de création que vous avez souhaité développer un projet particulier avec une crème à la formule précieuse et au packaging premium et raffiné en collaboration avec la maison Bernardaud ?

C.M. : Cette création mêle étroitement l’histoire de notre famille et de la marque. Bernard Mas a créé il y a bientôt dix ans « les jardins Sothys » à Auriac en Corrèze, un hommage à ses origines et à la nature. Pour ses 70 ans mon frère Frédéric, et moi-même, lui avons offert une rose à son nom, la rose Bernard Mas en hommage afin qu’il l’introduise dans le jardin. Il l’a fait certes, mais il en a surtout extrait les cellules souches qui sont à la base de cette formulation, celles si combinées à de l’huile de fleur de porcelaine confèrent à cette crème ses propriétés uniques.

Nous nous sommes ensuite mis en quête d’un écrin pour cette crème, c’est tout logiquement que nous nous sommes tourné vers la porcelaine, et nos voisins Limougeauds. Très rapidement nous avons conclu un accord avec la société Bernardaud, mariant ainsi deux savoir-faire locaux et deux familles pour la conception de ce pot unique et novateur.

 

2016 aura été un tournant majeur puisque vous avez aussi lancé un cosméceutique, quel bilan tirez-vous de ce premier lancement et prévoyez-vous de sortir de nouveaux produits complémentaires ?

C.M. : Nous étudions aujourd’hui ce segment qui représente l’axe majeur de la formulation visage dans notre marché. Plus vite, plus fort, plus efficace. Par ailleurs l’implication de Sothys dans la cosméceutique ne date pas d’aujourd’hui, puisque cette ligne est une nouvelle version d’une gamme que nous avions développée il y a trois ans aux USA pour couvrir les marchés anglo-saxons.

Ces gammes ouvrent aujourd’hui de nouveaux horizons à la marque, puisque nous avons notamment objectivé avec des dermatologues ces gammes en utilisation avec des machines esthétiques mais aussi en pré et post intervention, mais ces gammes influencent aussi toute notre offre puisque nous revenons à des produits plus bruts moins parfumés, même si nous gardons une touche sensorielle Sothys.

 

Après la célébration en 2016, comment voyez-vous l’année à venir ? Quels sont les grands projets de la marque ?

C.M. : Après une année particulièrement riche, 2017 sera à nouveau placée sous le signe de l’innovation, et de l’anti-âge cette fois ci, avec la refonte complète de nos sérums au premier semestre, puis de notre soin et crèmes en fin d’année. De belles perspectives pour notre réseau puisque nous sommes sur le secteur le plus porteur de la beauté.

Parallèlement nous développons un nouveau soin signature corps, placé sous le signe de l’Orient, qui pourra notamment être pratiqué avec le Hammam. Là aussi nous réinterprétons les pierres de gommage marocaines que nous retrouverons sous une nouvelle forme réalisés par une céramiste corrézienne.

 

Pour parler plus technique et concret, expliquez-nous comment fonctionne la recherche au sein de vos laboratoires et quels sont vos engagements ?

C.M : Notre laboratoire développe plusieurs axes. Le premier est assez classique mais bénéficie de 70 ans d’expérience, il s’agit de la sélection d’actifs et de la formulation de nos crèmes, avec des méthodes spécifiques pour obtenir nos galéniques signatures.

Ensuite grâce aux développements des jardins et des partenariats avec les universités nous avons mis sur pied une unité de recherche fondamentale permettant de travailler sur des actifs que nous cultivons ou que nous extrayons (le lin, le cèpe)

Autre spécificité, l’unité d’étude, qui a mon sens est unique, il s’agit en fait d’un institut de beauté implanté au sein même de notre laboratoire, c’est son poumon. Ainsi chaque protocole est testé, modifié, corrigé in-vivo. Un protocole Sothys ne sera jamais une simple addition de produits, mais la résultante de leur synergie.

Pour finir nous disposons d’un service règlementaire et de toxicologues en interne pour garantir à notre réseau notre parfaite conformité règlementaire ainsi que la sécurité de nos produits

 

En instituts, quels sont les prochains axes de développement prévus et quel type d’accompagnement est proposé aux esthéticiennes ?

C.M. : Notre challenge se situe aujourd’hui dans l’accompagnement que nous sommes capable d’apporter à notre réseau. Ceci passe par l’ouverture de l’entreprise vers l’extérieur, les campagnes médias que nous pouvons mettre en place avec les moyens d’une entreprise familiale, le prochain évènement étant la diffusion de la saison 2 de la série 10% dont nous sommes aussi partenaire, ainsi que la diffusion que nous avons dans la presse féminine.

Mais l’accompagnement passe aussi par nos équipes plus structurées pour une réelle proximité terrain.

 

Ou en est le développement de Sothys en France et à l’international ?

C.M. : Le développement continue, même si les progressions sont plus dures à réaliser en cette période. Aujourd’hui en France nous sommes sur une quatrième année consécutive de progression, et l’export repart bien après une année 2015 plus difficile. Nous continuons de structurer l’export d’ailleurs avec l’ouverture de nouveaux marchés cette année (Argentine par exemple) et des projets d’expansion au moyen orient pour les années à venir.

 

Par Julie PALMERO



Le 21/01/2017
Retrouvez et contactez SOTHYS dans le guide des pros


Se connecter



login :
password :
 
   Se souvenir de moi
 
Mot de passe oublié